On se connait ?

On se connait

Bonjour,
Voici quelques mots qui se cachent derrière mes lunettes et cheveux gris :

J'en profite pour vous écrire, j'aime écrire ... j'aime écouter aussi ...
et c'est bien que nous fassions un peu connaissance.


A la maison, le point central était la bibliothèque. De nombreux livres partageaient la même étagère, des livres mettant en lumière la peinture, la sculpture, la littérature, d'autres rappelaient l'histoire ou proposaient une réflexion sur la vie contemporaine. Selon leurs tailles, les romans s’incrustaient dans le débat.

La télévision, élément voisin des bouquins, parlait peu. Le journal télévisé était pratiquement le seul à être invité dans cette pièce sobre et cossue.
Le poste de musique (disques vinyles et radio) égayait la maison entre le classique et l'Amérique du Sud. La variété n'avait pas la préférence. Ah si, pardon Monsieur Brel !
Petite fille, je n'aimais pas bien lire car mon père m'orientait vers des histoires qui ne me touchaient pas. Mon père lisait et écrivait chaque jour. D'ailleurs, je revois son corps droit faisant de l'ombre à ses piles de dossiers bien rangés sur son immense table en chêne massif faisant office de bureau, une feuille et un stylo posés devant lui, prêts à obéir au maître. Puis la porte se refermait pour quelques heures dans un silence assourdissant.
Que de doux souvenirs lorsque certains dimanches, mon père m'invitait à découvrir des peintures dans des galeries ou des musées d'art. Nous n'avions pas toujours le même regard sur les œuvres exposées, mais quelle richesse !
 
C'est en prenant ma liberté que mon goût pour la lecture est né. J'étais attirée par les documents philosophiques, psychologiques, les œuvres documentaires  plutôt que par les œuvres littéraires. J'avais soif de découvrir de vrais gens, plutôt anonymes d'ailleurs, rentrer dans leurs vraies vies, faire résonner leurs pensées, leurs émotions ; les rêveries, les fictions et les amours restaient dans les librairies, les bibliothèques municipales ou salariales, attendant d'autres lecteurs que moi. Les grands écrivains faisaient déjà le bonheur de nombreux fidèles. Si tous connaissons les mêmes auteurs, qu'allons-nous échanger ? J'ai certainement manqué de belles histoires à cette époque.

Sans me souvenir du jour qui m'a obligé à considérer l'écriture autrement, mes mots et mes phrases se sont appropriés le papier et le stylo.  Depuis, je griffonne sur un carnet mes idées, mes sentiments, mes doutes et mes passions, mes révoltes et déceptions de l'instant, quelques histoires pour nos enfants et aussi tous les plaisirs que la vie nous offre.

 

Puis un jour, l'idée de mettre l'écriture à votre service m'est venue grâce à ma maman.

 

Et j'en suis certaine, vous aussi avez tant de choses à dire !

Soyons clairs, l'écriture n'est pas un exercice uniquement réservé aux élites intellectuelles.

Tout le monde peut s'exprimer de quelque manière que ce soit.

Les codes d'écriture sont ouverts à tous, et pourquoi pas à vous ? 

L'écriture comme la lecture sont des moments de recueillement, d'introspection, de réflexions ;
ce sont des moments où l'on canalise son énergie, où l'on (se) découvre, partage, où l'on aime, rêve, regrette ; parfois même, la joie, la colère se mêlent à la douleur.

Tous les sentiments sont possibles, c'est le reflet de la vie, de notre vie.


En réalité, ce qui compte est le plaisir que vous prenez à écrire puis lire votre récit, voire à l'offrir.

On le fait pour soi ou pour d'autres, ce sont de précieux instants de liberté, de grands bonheurs.

C'est un outil de communication fort, juste, habile, éphémère ou éternel, à vous de choisir.

 

*** ***

Aujourd’hui, mon bienheureux projet est de vous aider à y parvenir.

 

Pourquoi ne pas vous lancer aussi ? Pensez-y !

 

[Retour]